Après le Grand Débat, voici les comités Jaurès

COMITES JAURES 1400

Selon le gouvernement, le Grand débat national a été un succès, une position reprise volontiers par certains médias qui soutiennent le pouvoir, bien qu’ils s’en soient défendus depuis, suite à des controverses venues de la rue et spécialement des Gilets Jaunes.

Il est vrai que le nombre de contributions reste assez élevé, mais ce n’est que la première phase des opérations qui va se terminer ce samedi 16 mars. Viendront ensuite les analyses, les conclusions, puis les résultats concrets de cette large consultation nationale et c’est alors que l’on pourra se rendre compte si le Grand Débat a atteint réellement ses véritables objectifs.

En attendant le verdict, il est possible déjà de tirer certains enseignements des multiples réunions qui ont rassemblé les citoyens partout en France, dans les villes comme dans les campagnes.

Tout d’abord, on peut remercier les Gilets Jaunes d’avoir provoqué ce Grand Débat. Sans eux, sans leur motivation et sans leur combativité, il n’aurait jamais eu lieu. Auparavant, Emmanuel Macron n’avait pas l’intention de consulter les Français. Compte tenu de sa personnalité et de sa vision du pouvoir, il n’a jamais envisagé de partager le pouvoir, la démocratie n’étant pour lui qu’un simple tremplin pour devenir un président de la République, autoritaire et omnipotent.

Ensuite, si le Grand Débat a rassemblé de nombreux citoyens, il n’a pas convaincu une majorité de participants … Lire la suite

 

L’ESPRIT DE LÂCHETÉ

Au cours de mes tournées en province, je rencontre régulièrement des citoyens de tous âges et de toutes conditions sociales. Depuis l’ouverture du Grand débat, les gens sont devenus plus bavards et arrivent même à se confier sur leur vie, sur leur famille, sur leurs conditions de travail, sans doute mis en confiance par un climat social plus propice au dialogue, aux échanges et à la confession.

Voici quelques jours, j’ai conversé avec un ancien chef d’entreprise, aujourd’hui sans emploi et proche de la retraite. Jusqu’en 2016, il dirigeait une société de construction de maisons individuelles, mais il a du cesser toute activité et procéder à la liquidation de son établissement. En fait, le carnet de commandes était presque vide suite à une forte chute de l’immobilier neuf, un secteur du bâtiment qui n’est plus guère soutenu par les pouvoirs publics.

J’ai passé une journée entière avec cet homme qui, au fil des heures, s’est livré à un véritable mea culpa, comme si le fait de reconnaître certaines erreurs de sa vie citoyenne, soulageait quelque part sa conscience.

Voici un donc une partie de cette curieuse confession qui, du reste, m’a fortement impressionné.

« Je suis issu d’une famille française traditionnelle qui se réclamait longtemps d’une moyenne bourgeoisie dans les années 30. De confession chrétienne, mes parents et mes grands-parents se présentaient comme des bien-pensants, croyant détenir les règles morales que revendiquent les notables respectables et vertueux.

Pour lire la suite, cliquez ICI

LACHETE 400

LES SONDAGES SONT-ILS VRAIS ?

Voici quelques jours, les médias publiaient un sondage Ifop Fiducial indiquant une cote de popularité en hausse pour Emmanuel Macron pour la deuxième fois consécutive, avec une remontée de 34 % d’opinions favorables, le président retrouvant ainsi son niveau d’octobre 2018 avant la crise des Gilets Jaunes.

Comment se fait-il que le chef de l’État bénéficie d’un regain dans l’opinion populaire, alors qu’il n’existe aucune avancée réelle dans la politique du gouvernement ? Si certains soulignent que cette hausse est due à la mise en place du Grand Débat, il ne semble guère possible que cette consultation nationale ait pu bénéficier à Monsieur Macron, à cause du peu de crédibilité que lui accordent les citoyens.

Alors, les sondages seraient-ils truqués ?

À titre d’information, remontons à quelques années en arrière pour voir quelques exemples évidents.

En 2007, le Canard Enchaîné mettait en doute la sincérité de sondage de l’institut OpinionWay en raison des liens très proches de ses dirigeants avec la droite, rappelant que Monsieur Hugues Cazenave son président-fondateur avait été chargé de mission à l’époque auprès du cabinet ministériel de Gérard Longuet.

En 2009 à nouveau, le Canard Enchaîné réitère ses critiques et accuse l’institut de sondage de manipulation … Pour lire la suite cliquez ICI

...